La maison passive, bientôt le standard de la RT 2020 ?

Pour passer de l’actuel Bâtiment Basse Consommation (BBC) au futur Bâtiment à Energie POSitive (BEPOS), la RT 2020 posera le principe de la maison passive comme un des fondements des futures constructions immobilières. Une évolution, déjà esquissée à travers les solutions proposées par FHE. 

 

De la baisse de la consommation électrique au développement durable, un processus global

 

Avec FHE, l’objectif de réduire sa consommation énergétique et donc sa facture d’électricité est enfin accessible au plus grand nombre. Couplé à l’installation de panneaux photovoltaïques, FHE vous assure même de pouvoir ambitionner d’atteindre l’autoconsommation électrique. Support efficace du respect des exigences imposées par la réglementation thermique (RT) 2012, la solution FHEs’inscrit parfaitement dans l’esprit des bâtiments Basse Consommation (BBC), souhaités par le « Grenelle de l’Environnement ». 

Développement durable et protection environnementale conduisent néanmoins à une évolution de cette législation, et bientôt la RT 2012 sera remplacée par la nouvelle et très ambitieuse RT 2020

 

De la RT 2012 à la RT 2020, le passage du BBC au BEPOS 

 

C’est la maison passive, celle qui consomme le moins d’énergie possible, mais aussi la maison à énergie positive, celle qui consomme moins qu’elle ne produit, qui sont au cœur de cette nouvelle norme à venir : la RT 2020. Le bâtiment à énergie positive (le BEPOS est appelé à se substituer au BBC). Cette maison passive, dont la labélisation s’inspirera probablement de la certification allemande « Passivhause », sera imaginée pour réduire au maximum les besoins de ses habitants. Les systèmes thermiques performants devront se doubler d’une isolation optimale. Dans le même temps, les apports solaires seront eux-aussi optimisés. Si on pense de prime abord à la production électrique des panneaux photovoltaïques, la conception même de ces maisons passives reposera sur cette optimisation. Orientées plein Sud, les pièces à vivre seront ainsi dotées de larges ouvertures pour profiter de la chaleur solaire. 

 

L’autoconsommation électrique, un objectif pris en compte dans une démarche plus globale 

 

Si les normes précises de la RT 2020 doivent encore être détaillées, la maison passive nécessitera une production énergétique, issue du renouvelable (panneaux photovoltaïques notamment), suffisante pour satisfaire aux besoins du bâtiment. En cas d’excédent de production, on évoquera alors le BEPOS. D’autre part, les limites de consommation de chauffage devraient, si elles sont alignées sur les normes d’Outre-Rhin, être divisées par 3 avec une limite à 15 Kwh/m2 et par an. 

Réduire les besoins d’un côté et optimiser les sources de production énergétique de l’autre, voilà donc les deux grandes voies conduisant à la maison passive de demain, qui s’imposera comme le standard de la RT 2020 ; une démarche déjà rendue possible notamment avec le choix de la solution FHE